>> Jean-sébastien DAVIET ...

>> Jean-sébastien DAVIET ...

Patrick Edlinger ... la vie au bout des doigts.

Publié le 17 Novembre 2012 par Jean-sébastien DAVIET (Traileur77) in Brèves de coureur

patrick-edlinger.jpgIl avait "révolutionné sa discipline": le grimpeur Patrick Edlinger est décédé vendredi à son domicile dans les Alpes-de-Haute-Provence. "Patrick a révolutionné l'escalade sur le plan mondial en rendant populaire un sport qui était alors extrêmement confidentiel". Patrick Edlinger, qui avait effectué à mains nues et parfois même sans être assuré, plusieurs ascensions dans les Gorges du Verdon au début des années 80, fut l'un des pionniers de "l'escalade libre" de haut niveau. "C'est grâce à lui qu'aujourd'hui il y a des milliers de pratiquants", estime Jean-Michel Asselin. "Il avait un style, une élégance et un discours qui tranchaient avec celui de l'époque où seul l'affairisme comptait". L'homme à la longue chevelure blonde, qui se baladait en camion et ne disait avoir besoin que d'un sandwich et d'un verre d'eau, connut un succès foudroyant qu'il eut du mal à accepter. Père d'une fille de 10 ans, Patrick Edlinger, mort à l'âge de 52 ans, avait abandonné le haut niveau en 1995 après une grave chute de falaise et s'était retiré à la Palud-sur-Verdon, dans les Alpes de Hautes-Provence, où il avait ouvert un gîte. "La passion ne l'avait jamais quitté. Il continuait de grimper et envisageait de faire un tour du monde". Ce Samedi, les témoignages se multipliaient pour lui rendre hommage. "Merci de m'avoir donné envie de grimper", "Les falaises du Verdon sont orphelines, une icône s'en est allée" ...

Jean-Michel Asselin, l'express

 

La Vie au bout des doigts est un film documentaire français réalisé par Jean-Paul Janssen sorti en 1982, mettant en scène Patrick Edlinger vivant totalement sa passion, l'escalade, qu'il pratique ici en solo (à « mains nues »), c’est-à-dire sans corde ni aucune assurance. Ce film reste mythique à plus d'un titre dans le monde de l'escalade. Il est considéré comme le premier film d'escalade (c'est-à-dire où l'escalade est une activité en soi et non un moyen de pratiquer l'alpinisme). Son succès médiatique a été tel qu'il a propulsé Patrick Edlinger au rang de star mondiale, et surtout qu'il a fait connaître l'escalade au grand public. Le film a été nommé à la 9e cérémonie des César en 1984 dans la catégorie César du meilleur court-métrage documentaire.

 

Je reste "scotché" devant

la PERFORMANCE,

la FACILITE,

et la SIMPLICITE de ce personnage

...

il faut donc boire ce film,

son "OPERA VERTICAL" comme il l'appelle,

sans modération.

 

" ... le solo intégral c'est vraiment l'escalade suprême, aucun artifice, engagement total psychologique physique ... être le plus esthétique et le plus harmonieux possible, l'escalade est une expression corporelle au même titre que la danse, la chorégraphie est dictée par les prises, c'est l'opéra vertical ... puissance, endurance, souplesse, et chose primordiale la concentration ... "

 

Le témoignage de Jean-Michel Asselin

  ... " les démons d'un artiste de l'escalade " ...

pour en savoir plus, beaucoup plus, comprendre,

une très très belle interview ICI...


 

 

Commenter cet article