>> Jean-sébastien DAVIET ...

>> Jean-sébastien DAVIET ...

La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)

Publié le 23 Juillet 2014 par Jean-sébastien DAVIET (Traileur77) in année 2014, running, course, trail, rhone alpes, course en compét., podium, saint gervais, beaufortain

La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)

Mon ami Laurent a fait la grande "MONTAGN'HARD 107km/8800d", moi la petite "MOINS'HARD 39km/3200d". Mais comme il fait 2 têtes de plus que moi et qu'il a de grandes guiboles, c'est bien normal qu'ils fassent plus de km que moi :-) non mais sans blagues !!! Dans les 2 cas, fort ratio deniv/km ... les cuisses montent très vite en température sur la 39, c'est épuisant sur la 107 ...

Levé à 3h du mat' pour un départ à 5h, dans la brume sous la pluie, j'accompage Laurent pour son grand tour, l'Ultra Tour du Mont Joly, la MONTAGN'HARD 107km/8800d. Je stress pour lui car je sais que sa course va longue et très difficile, surtout si les conditions météo ne changent pas rapidement. Avec les qques supporters j'encourage les coureurs sur le départ ... c parti.

Saint Nicolas de Véroce se vide, ne reste plus que qques de personnes autour du petit déj proposé par l'organisation. J'en profite pour compléter celui que j'avais pris à 4h du mat' ... puis retourne dans le Picasso pour un petit somme avant le départ de ma course à 8h.

départ de la MOINS'HARD

départ de la MOINS'HARD

8h, il ne pleut plus, je me faufile entre les bâtons pour être devant. C parti pour ma course, la MOINS'HARD 39km/3200d. Je pars cool, sans objectifs, je laisse filer, je suis là pour faire des km et du déniv sans me cramer ... + une rando dans la prochaine nuit en attendant l'arrivée de Laurent le lendemain matin.

La vue sur les montagnes est bien bouchée ... dommage ... la montagne du Mont Joly est pourtant tte proche ainsi que la chaine du Mont Blanc. Je profite à fond de ma course car je cours "en dedans", que du plaisir, j'alterne marche & course dans les raides montées, je me préserve dans les descentes pour ne pas trop "cogner", mais comme les descentes sont TRES raides, ça "cogne" quand même !!! Après une 10aine de km, je ne connais pas ma place, mais cela est sans importance car mon cerveau n'est pas branché sur un mode pour faire une place. Peut avant le km20, on passe l'Hotel du Prarion à +1900m. Je suis bien. 6ème place me dit-on ... Après le rav de Bionnassay, c'est une montée assez technique vers le col du Tricot 2120m, qui se termine dans les hautes herbes et buissons + faux-plat herbeux. J'ai en visu 3 coureurs, ça me titille, je durcis ma course ... en haut du Col, je suis 3 au général :-) Je respire un bon coup, prends qques secondes pour admirer les Dômes de Miage, rebranche mon cerveau de compétiteur, et engage une belle descente très technique et pentue vers les Chalets de Miage 1599m ... 

La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)

... après qques minutes et 500d- sans me ménager, le trou est fait :-) Reste 9km ou je laisse pas mal de forces pour creuser encore les écarts, et surtout ne pas me faire reprendre. Je gère les dernières bosses pour marcher le moins possible et avancer avancer avancer ... les descentes tjs très pentues font mal aux quadri ... ouf l'arrivée est 200m devant moi ... yes.

La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)

Ravitaillement ... Douche ... Remise des récompenses ... Petit somme dans le Grand Picasso ... il est 20h ... je sais que Laurent ira au bout de la grande course car il a passé les CP de "non retour" ... De Saint Nicolas de Véroce 1175m, je pars en rando pour le Mont Joly 2525m, puis sentier en crête jusqu'à l'Aiguille Croche 2500m. Je remonte les coureurs du 60km puis les 6 premiers du 107km. J'encourage, je rebalise là ou le balisage n'est plus ... seul, à la frontale, dans le silence, je suis bien sur la crête du Mont Joly.

La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)
La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)
La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)
La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)
La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)
La MOINS'HARD : 39km/3200d (050714)

 

Je reviens de l'Aiguille Croche 2500m à Saint Nicolas de Véroce 1175m en accompagnant Jean-Christophe Haack, 6ème au général du 107km. C'est un vrai plaisir de le soutenir moralement pour ses 10 derniers km et 300d+/1300d- ... on discute ... on partage ... il est encore très à l'aise dans les descentes techniques ... il fait une belle arrivée après 20h55'55'' de course ... respect.

Ravitaillement ... Douche ... Petit somme de 3h dans le Grand Picasso ... je me réveille à 6h du mat' ... je sais que Laurent continue d'avancer, je sais qu'il ira au bout ... il arrive en trottinant après 27h28' de course :-) c'est ENORME ce qu'il vient de faire !!! 107km et 8800d !!!

 

Laurent, tu es passé au BOLCHU (75ème km) je crois ?

Regarde, belle vidéo de la 1ère féminine ... Martine Volay.

Montagn'hard 2014 - Ravitaillement Le Bolchu Martine Volay

 

le voila le Récit de Laurent ... merci

Parti un samedi matin à 5h du mat...
Inscrit sur la "Moins ´ hard", Jean Seb qui est sans doute un peu moins barré que moi (quoi qu'on verra un peu plus loin qu'il est un peu atteint quand même...) me fait l'honneur et le plaisir de m'accompagner pour le départ... Ces départs où se mélangent l'insouciance, l'inconscience en même temps que l'assurance d'une grande difficulté encore lointaine, sans réalité, hypothétique ? Non certaine mais non encore ressentie.... Donc un peu d'inquiétude, la pétoche quoi....  
Il fait nuit... Il pleuviote, après des jours et des jours de très beaux temps...
On sait pas trop où on va... Mais on y va...

Arrivé un dimanche matin, 27h et 28' plus tard, 107 km dans les pattes et 8 000 m D+ de grimpette dans les gencives... Jean Seb est encore là, une présence familière qui fait du bien après des heures d'effort pour TERMINER...
Régime express, j'ai perdu 6 kilos en quelques heures... Je vais mettre la journée à retrouver l'appétit... Après les 50 premiers kilomètres, plus moyen de manger quoi que ce soit, juste boire à toutes petites gorgées...
La perte d'énergie est continue et progressive... La vitesse se réduit, plus de temps pour regarder le paysage...
Encore que.... En profitons nous en réellement des panoramas exceptionnels parcourus...?
Souvenir de la montée au Rocher des Enclaves, il fait donc nuit, il commence à faire frisquet, la preuve, les névés nombreux dans le secteur... On ne sait pas où on doit arriver, mais on ne peut pas rater une lune qui devient notre graal, proche puis inaccessible quelques centaines de mètres plus loin....
Il fait toujours nuit, direction le ravitaillement du Monument... D'abord un son indéterminé, presque inaudible, puis le volume qui monte pour découvrir sur un sommet proche du chemin... une boîte de nuit qui crache les décibels.... La fièvre du samedi soir...
La fièvre... Elle doit pas mal monter pendant la course, pleins de moments de fatigue, perte de repères, l'esprit complètement embrumé, à divaguer comme un zombie, hypnotisé par la rubalise, celle-ci puis la suivante, et encore une là...  sans jamais s'arrêter... Comme un papillon attiré par l'ampoule...
La lumière, au loin, le ravitaillement du Bolchu au milieu de nulle part dans la descente du Col de la Fenêtre... Le point de ralliement des illuminés des montagnes... Une tente genre tipi, des gens qui secouent une cloche et nous encouragent, mais qu'est ce qu'ils font là dans ce no mans land à une heure pareille.... ???? On se retrouve 5 ou 6 coureurs dans la tente, on sait plus où on habite, ... On essaie de boire, de manger, .... Y'a plus grand chose qui passe, à part pour quelques-uns qui avalent de tout comme si de rien n'était .... Mais comment font ils ? Je reste le moins longtemps possible, sinon je ne repartirai jamais... Les bénévoles me demandent si ça va, ben oui ça va, je repars... Encore une fois en oubliant mes bâtons, je reviens en arrière au bout de 50 m...
C'était pareil au ravitaillement de l'Etape au km 65... Bâtons oubliés aussi, début de la nausée, fin de l'après midi, .... La nuit va pas tarder à tomber... J'ai essayé de surmonter mes difficultés digestives, massage par une gentille KINÉ bénévole, changement total de costume, nouvelles chaussures, nouvelles chaussettes, nouveau maillot, mais toujours le même bonhomme... Encouragements chaleureux des bénévoles, encore et toujours attentionnés...
Dernier ravitaillement, Monument avant de grimper une seconde fois en quelques heures le toujours fameux Mont Joly... Encore un tipi, encore des bénévoles attentionnés, toujours pas possible de manger, une gorgée d'eau, et puis finalement c'est pas aujourd'hui que je vais faire une perf, alors je m'accorde 15 minutes d'abandon sur le lit de camp qui me tend les bras, quel bonheur de se glisser quelques instants sous la couverture et d'oublier l'impérieuse nécessité d'avancer encore et toujours vers la ligne d'arrivée...
L'arrivée, évidemment toujours un grand moment, une délivrance....
Un peu avant, un grand moment aussi que ce lever de soleil, malgré l'épuisement qui gagne, un seul petit nuage qui couronne le Mont blanc qui nous fait face...

Incroyable, cette faculté d'oubli dès les premières minutes l'arrivée passée...

Et si on remettait le couvert...
Jean Seb qui était là pour se promener, entre 2 objectifs plus sérieux, a fini seulement 3ème de sa course... Et comme il n'avait pas encore son compte, la course sitôt finie, est reparti gravir le Mont Joly, et l'aiguille Croche, et puis comme ça ne suffisait toujours pas à le fatiguer, il a rebalisé ce que le vent avait défait, et pour finir, il a guidé dans l'obscurité au moyen de sa frontale le 6ème du 100kil en panne de lumière, et ça jusqu'à l'arrivée....

Bon, on en restera là de cette escapade à St NICOLAS de Véroce que je recommande chaleureusement à tous ceux qui cherchent à perdre un peu de poids avant d'aller se griller sur les plages....

Commenter cet article

Jean-Sébastien 24/07/2014 19:37

MERCI supporters :-)

Jean-Luc & Françoise 24/07/2014 16:27

La Montagn'Hard (dénivelé +++) met en évidence le nom du Trail. Pour Jean-Sébastien 39 km 3200 D+ (3ème au Scratch 1er V1) c'était insuffisant. Alors une récidive nocturne pour prolonger le plaisir et qui sera salvatrice pour ceux qui courent encore (rebalisage, éclairage,encouragement). A l'issue de cette journée l'énergie dépensée sera égale au 60 km/5000D+ Laurent 107 km 8000D+ est un routier qui malgré une panne d'essence à réussi à trouver du carburant. Félicitations à tous deux pour ce Trail mené avec une volonté +++ Jean-Luc & Françoise

DAVIET 14/07/2014 22:27

Bravo pour ta 3ème place T.77 et à "Laurent" pour ce long parcours et cette arrivée du 107 KMS, Peut etre des grandes et longues jambes mais qui peuvent etre un avantage comme un désavantage qui sais ?!!!! attend avec impatience la suite du recit de ce week end "hard montaganrd" FLO @ PATON.